tshepiso-mazibuko-afrique-du-sud-decouverte
  • Arnaud

  • 30Août 17

Coup de cœur : essai photographique de Tshepiso Mazibuko nommé ‘Encounters’ (part 2)

Précédemment, nous vous parlions d’un coup de cœur d’une artiste sur-africaine : la photographe Tshepiso Mazibuko. C’est l’occasion aujourd’hui de finir notre description de l’œuvre de la jeune photographe.

Phola Park : un quartier pauvre agité par les crises politiques

Ces photographies de Phola Park sont importantes. Elles répondent à un déséquilibre. Le photographe de guerre João Silva a fait ses premières photos de violence dans le Phola Park. C’est aussi là qu’il a rencontré le membre du Bang-Bang Club Ken Oosterbroek. Fondée au milieu des années 1980, alors que les lois sur le contrôle de l’afflux urbain de l’apartheid s’effondraient lentement, Thokoza a acquis parmi les plus grands nombres de citadins dans la grande région de Johannesburg et Pretoria. Selon les historiens sociaux Philip Bonner et Noor Nieftagodien, Thokoza avait plus du double du nombre de cabanes par rapport aux maisons (35 000 contre 17 000). Ces conditions à l’étroit ont enflammé les tensions ethniques existantes et, en 1990, Phola Park est devenu un point de départ pour les batailles à motivations politiques impliquant les habitants des auberges de Zulu et les habitants en grande partie des Xhosa dans les établissements de type cabane.

tshepiso-mazibuko3-afrique-du-sud-decouverte

La violence était extrême. En décembre 1990, lorsque Nelson Mandela a tenté sans succès de visiter Phola Park, 124 personnes sont mortes lors d’une semaine de combats. “Bien que la guerre avait pris fin”, dit Mazibuko, qui est originaire de Sotho, “je sens un peu de division qui est encore présente dans les personnes qui vivent dans les auberges et les ménages gratuits. Vous avez encore cette question à propos des auberges étant rudes. Je suis allée dans une auberge, mais je ne vois pas cela.” Peut-être est-ce une condition de naitre libre, de ne pas avoir été témoin direct de la base d’où s’est fondée cette liberté. Quelque soit la vérité, son œil sans discernement (vierge, certains diront) est certainement un atout.

La perception de Mazibuko

Bien que le portrait soit une partie importante de son essai, Mazibuko a également produit un certain nombre de scènes de vie animale. Ces photographies particulières ont le même effet poétique que le travail de Santu Mofokeng, qui à la fin des années 1980 a photographié les conditions de vie appauvries des fermiers noirs de Bloemhof. À l’instar de Mofokeng, les natures mortes de Mazibuko – des lits, des cuisines, des fenêtres à rideaux – communiquent son profond respect pour la décence basique de ses sujets. C’est une façon de voir et de dire à travers des objets qui ont de nombreux précédents. Walker Evans dans les années 1930 en est un exemple, tout comme Zwelethu Mthethwa, qui a produit en 2002 une série de photographies en couleur montrant des lits vides dans divers établissements de type cabane du Cap. Les lits et les chambres sont peut-être les endroits les plus intimes d’une maison. Mazibuko, qui a tendance à photographier instinctivement plutôt qu’avec un plan défini, dit que cela a parfois conduit à des moments gênants avec ses sujets. “Je suis une femme et la plupart des personnes que j’ai photographiées sont des hommes”, déclare-t-elle. “Cela devient un peu gênant quand je dis ‘je peux vous photographier dans votre chambre à coucher?’ ou ‘Puis-je voir comment votre chambre a l’air ?’ Les gens sont en général un peu sceptiques. La plupart n’était pas à l’aise avec moi en prenant un portrait dans leur chambre. Mais ce qui a inspiré, c’est qu’ils m’ont laissé entrer en premier lieu.”

tshepiso-mazibuko4-afrique-du-sud-decouverte

Malgré sa base documentaire, les photographies de Mazibuko montrent son sens de la théâtralité. Beaucoup de ses sujets sont conscients qu’ils sont examinés et répondent en conséquence : avec fierté et curiosité. Les rideaux fonctionnent de manière différente comme des fondements, des points focaux et des filtres légers. Ce sont ces détails qui distinguent sa photographie et indiquent les talents d’une jeune photographe capable de reconnaître dans les faits simples de la circonstance humaine quelque chose de proche de la poésie.

tshepiso-mazibuko7-afrique-du-sud-decouverte

Pas réflexions au sujet de « Coup de cœur : essai photographique de Tshepiso Mazibuko nommé ‘Encounters’ (part 2) »

Laisser un commentaire

Laissez-nous ici vos commentaires et votre expérience de voyage en Afrique du Sud. Vous pouvez télécharger également LA meilleure photo de votre voyage ou le lien vers la video de votre choix.

Les champs * sont obligatoires - Votre adresse email ne sera pas publiée

NOS AGENCES DANS LE MONDE