Mine Afrique du sud afriquedusud-decouverte
  • Arnaud

  • 19Jan 17

Histoire : l’industrie de la mine en Afrique du Sud

Sous la surface du paysage incroyablement varié d’Afrique du Sud se trouve le trésor le plus riche jamais découvert dans une aussi petite région. Presque toutes les pierres précieuses, métaux et minéraux connus des humains ont été trouvés ici dans des dépôts, variant de simples traces à des quantités de valeur inégalée. En Afrique du Sud, l’industrie de la mine est l’une des plus puissantes et diversifiée au monde.

L’exploitation des ressources minérales de la région remonte à au moins à l’Âge de la Pierre. Les hommes ont commencé à extraire la riche hématite – la forme minérale de l’oxyde de fer – les dépôts de la Lion Cavern dans le nord-ouest du Swaziland, comme une source d’ocre rouge, qu’ils utilisaient à des fins esthétiques et rituelles.

Il ne fait aucun doute que l’Afrique du Sud a une activité très active dans le domaine du minerai de fer, de l’étain et du cuivre, et en particulier à partir du Vè siècle après JC. Parce que la plupart de ces sites miniers étaient simplement considérés comme des indicateurs de l’existence de dépôts métallifères riches, une grande partie des preuves archéologiques qui pourraient éclairer cette époque de l’histoire minière de l’Afrique du Sud a été détruite par la prospection coloniale et post-coloniale et les activités minières.

Diamants et or

L’ère de l’exploitation minière commerciale moderne en Afrique du Sud a ses racines dans la région riche en cuivre de Namaqualand dans le Cap du Nord. La première mine a été établie sur la ferme Springbokfontein — le site de la ville de Springbok — en 1852. Bien qu’une grande partie de l’activité minière de cuivre ait cessé, la région est encore couverte de vieilles reliques minières, et on peut également visiter le Musée de la mine à Nababeep.tiffany-yellow-diamond

Bien que Namaqualand puisse être considéré comme le berceau de l’exploitation minière commerciale en Afrique du Sud, le véritable catalyseur de la révolution minérale, à l’origine de l’économie industrielle moderne du pays, a été la découverte de diamants dans le Cap Nord à la fin des années 1860.

La découverte du diamant Eureka de 21¼ carats à la fin de 1866 puis de l’étoile de 83,5 carats d’Afrique du Sud en 1869 a déclenché la première grande ruée minérale du pays, avec plus de cinq mille excavateurs se précipitant sur la rivière Vaal puis sur Kimberley.

Des aspects de l’histoire et de l’atmosphère des premiers creusements de diamants peuvent être observés au Musée Big Hole à Kimberley. Le Big Hole, qui est l’une des mines les plus emblématiques d’Afrique du Sud, a fonctionné pendant 43 ans entre 1871 et 1914 et a produit 14,5 millions de carats (rien que ça). Le diamant emblématique de la période peut être le diamant jaune Tiffany de 128,53 carats.

En plus de la “ville aux diamants” de Kimberley, d’autres attractions qui rendent hommage à l’histoire du diamant en Afrique du Sud comprennent le musée Barkly West dans le Cap du Nord, la mine Jagersfontein Big Hole Open dans le Free State, le Lichtenburg Diggings Museum dans le nord-ouest et la mine de diamant de Cullinan encore en service au nord-est de Pretoria.

Alors que l’histoire de l’extraction de l’or est souvent présumée pour postdater celle des diamants, ce métal précieux a été, en fait, découvert, et la première mine établie, à peu près au même moment que la ruée vers le diamant. C’est aux derniers mois de 1870 que l’or fut découvert sur la ferme Eersteling, à environ 40 km au sud-est de Polokwane

big-hole-kimberleyEersteling a été suivie par les découvertes d’or les plus significatives, principalement à Pilgrim’s Rest en 1873 et Barberton en 1885. Le village de Pilgrim’s Rest fonctionne comme un musée vivant en conservant le romantisme de l’époque de la ruée vers l’or.

L’importance de l’or de l’Est du Transvaal est à relativiser avec le bassin du Witwatersrand, dont un tiers du stock mondial d’or a été acheté…

Découvert en février 1886 et exploité par des capitaux miniers organisés, l’industrie minière de l’or de Witwatersrand s’est développée à un rythme inégalé malgré de nombreux défis. Parmi ces défis l’on trouvait notamment la profondeur et la nature pyritique (à base de souffre) des récifs, la très faible qualité des ressources, les coûts élevés de la production et les énormes besoins en main-d’œuvre des mines.

La production d’or des 53 mines d’exploitation de Witwatersrand a atteint un sommet de 1.147 tonnes d’or en 1970. Cependant, à partir des années 1970, le secteur de l’or a commencé à décliner fortement, stimulé par une série de crises financières, pétrolières et militaires internationales.

Charbon, fer, platine et autres métaux

S’il est vrai que le succès de l’économie moderne en Afrique du Sud a été soutenu par la croissance des secteurs de l’or et des mines de diamants, l’industrialisation de l’économie n’aurait pu être réalisée sans le charbon et le minerai de fer.

Ce sont les vastes ressources en charbon, découvertes pour la première fois dans les années 1850. Les extractions se sont développées à une échelle significative, car les besoins de l’industrie minière ont commencé à s’étendre à partir des années 1890, ce qui a fourni toute la puissance du pays.

Étant donné le rôle très important joué par le charbon dans l’économie sud-africaine, une grande partie du patrimoine des anciens sites miniers n’a pas été préservée, bien qu’il soit possible de visiter le musée Talana à Dundee, dans le KwaZulu-Natal, qui présente un aspect de l’histoire du secteur.

L’exploitation des vastes ressources de minerai de fer dans les provinces du Nord-Ouest et du Nord du Cap et la création d’une industrie sidérurgique contrôlée par l’État dans les années 1920 ont facilité la croissance d’une industrie secondaire et permis à l’Afrique du Sud de devenir le pays le plus autosuffisant industriellement en Afrique.

Le platine, le métal précieux qui constitue maintenant le secteur minier phare de l’Afrique du Sud, a été découvert en 1924, mais ce n’est qu’au début des années 1970 que le secteur sud-africain du platine a connu une croissance significative. Bien qu’il n’y ait pas d’attractions touristiques mettant en vedette l’histoire de l’exploitation minière de platine, le paysage entourant Rustenburg dans le Nord-Ouest est jonché avec encore en fonctionnement des mines de platine.

Dans la seconde moitié du XXè siècle, l’industrie minière a connu une diversification considérable avec la croissance de nouveaux secteurs comme l’uranium, le chrome, le vanadium et le manganèse.

Bien que l’industrie soit actuellement confrontée à de multiples défis, après plus de 160 ans d’activité commerciale, l’Afrique du Sud compte encore une des industries minières les plus diverses et les plus importantes au monde. De plus, l’Afrique du Sud  possède une base de ressources importante qui promet de futures activités minières.

Pas réflexions au sujet de « Histoire : l’industrie de la mine en Afrique du Sud »

Laisser un commentaire

Laissez-nous ici vos commentaires et votre expérience de voyage en Afrique du Sud. Vous pouvez télécharger également LA meilleure photo de votre voyage ou le lien vers la video de votre choix.

Les champs * sont obligatoires - Votre adresse email ne sera pas publiée

NOS AGENCES DANS LE MONDE